Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘question’

Magnifique moment entre le journaliste  Laurent Delahousse et Jamel Debbouze !
Le don de la parole et du mot juste, Laurent Delahousse  présente Jamel comme un homme ayant du sens, une personne de transmission dit-il, puis il ajoute :
– «On a essayé de vous enfermer dans une case»
– «Votre mère est quelqu’un d’important pour vous»
Jamel répond tout simplement :
– «J’ai eu envie de l’aider comme elle m’a aidé, j’ai eu envie de réussir pour elle»
Il parle de partage, de la difficulté à retrouver l’estime de soi lors lorsqu’on est…
Je pense qu’il voulait dire différent tandis que Laurent Delahousse dira :
 – «…de  l’autre cote de la ligne de la banlieue»
Jamel précise:
– «La honte»
Sans doute voulait-il parler de la honte d’être différent, quelque soit sa différence elle est trop souvent vécu avec honte.
Jamel reprend:
– «L’amour, c’est l’amour qui me permet de me surpasser»
Comme pour dire :
Par amour, la honte d’une quelconque différence peut être estompée.
Et puis, Jamel , sous l’émotion que dégage Laurent Delahousse dans ses propos, bien que d’allure pausée,  Jamel  se met a vouloir reprendre les rennes comme pour échapper à cette complicité qui pourtant se dégage très fortement.
– «Il est bon ! Il me fait dire des choses…Et moi j’ai une question à vous poser…»
 Le journaliste tente de reprendre sa place, en vain.
– «Vos cheveux, vous  faites comment pour avoir des beaux cheveux comme cela ?»
Delahousse est embarrassé mais leur  complicité apparaît évidente :
– «Les mots, ça va très vite avec vous», dit-il sourire aux lèvres.
L’interview arrive a sa fin et nous sur la notre Laurent Delahousse dira juste un mot et un mot juste:
– «Magnifique !»
Quand à moi, tandis que j’étais la psy des stars pour le magazine France Dimanche, le rédacteur en chef, Philippe, me demande  de faire l’analyse de la personne qui avait dessiné cet arbre. Ce que j’ai fais sans en connaître
l’auteur :
 
Jamel Debbouze bien-sûr !
Qui dira durant l’interview :
– « Si un jour je n’avais plus d’envies, ce serait terrible ! »
 Vidéo de cet interview :
Publicités

Read Full Post »

Je voudrais revenir sur ce mot « hypersensibilité ». Je pense que nous ne l’avons pas suffisamment exploré, élaboré .

Il me semble que lorsque je parle d’hypersensibilité l’on ne comprend pas bien l’ampleur de celle-ci. C’est comme si je demandais à une personne : Vous êtes donc sensible ? Et qu’elle me répondait : oui ! J’adore les fleurs ! Mais nous sommes si loin de ce qu’une personne, dite HPE, extrêmement sensible peut vivre, recevoir , percevoir, éponger , absorber ! La sensibilité en question, dont nous parlons pour identifier un HPE, ou même une personne sensible, très sensible, me parait être au bout du monde en comparaison d’un odorat développé ou de l’amour pour son chien !

Cette hypersensibilité ressemble à une inondation, comme l’eau qui s’infiltre dans les maisons jusqu’à dans les fissures ! Comment arrêter cette infiltration qui passe dans nos étages, comme cette sensibilité qui vient habiter tous nos vaisseaux sensoriels ? Comment éponger, empêcher, barrer, dévier, dégager cette hypersensibilité qui s’infiltre et entre à flot, arrachant sur son passage la valve de notre cœur pour arriver jusqu’à notre cerveau avec une force incontrôlable qui envahit les ramifications de notre psyché pour nous faire plonger dans de profonds vertiges.

Cette sensibilité, comme une eau trouble, peut nous faire souffrir. Et pourtant, lorsque celle-ci elle est claire, elle nous apaise !

Le HPE est seul, car ici son intelligence ne peut lui venir en aide.

Read Full Post »

L’amour est simple comme un regard, un sourire, un rendez-vous…

Pour tout le monde… sauf pour le surdoué !

Le regard de l’autre dérange le surdoué qui instantanément se pose mille questions (je ne parle pas de tous les surdoués).

Un regard se pose sur lui et il ressent le doute de l’intention, de la culpabilité, ses refoulements. Il a peur d’être utilisé, manipulé, choisi… et évidement cela se lit dans ses yeux.

Le surdoué habite sa peur, la renvoie sur l’autre et il finit par avoir peur de celui qui ne fait que lui renvoyer sa propre peur. C’est pourquoi il doit être en confiance absolu avant d’envisager un engagement amoureux.

Sa peur de l’abandon le fait souvent passer à côte de l’amour, préférant abandonner que d’être abandonné.

Et les apparences sont trompeuses car si le surdoué apparaît comme confiant en lui, à l’intérieur c’est une autre version. Il préfère tenter de faire abstraction de ses ressentis pour se lancer dans un amour passion, qui l’empêcherait de réfléchir. Tout s’entremêle, s’emmêle et se mêle et il fini par se sentir seul… à deux.

Et comme il est un enfant dans son cœur, parfois, il est plus amoureux de l’histoire que de la femme ou de l’homme.

Alors, quelle serait la solution ? Écouter son cœur, faire confiance et observer avant de s’engager puisque :

mieux vaut souffrir avant, face à une réalité, que de souffrir après, face à une lucidité !

Read Full Post »

De tout temps la femme a convoité sa réelle liberté et sa demande d’être entendu dans ses droits et sa respectabilité. Mais est-elle vraiment entendu ?

Simone Weil, avec une force intérieure et un visage rempli de douceur réussit à imposer un droit pour la femme. D’autres femmes tout aussi brillantes iront dans ce sens.

En 2011, pouvons nous dire, qu’ici même en France, la femme est respectée ? Je ne crois pas, je parle de cas isolés bien sûr.

J’aimerais soulever cette question que si le viol est judiciairement condamnable, la loi dit : Si une femme dit non à un homme, même si celui-ci est son mari, et qu’il passe à l’acte, cette femme peut faire appel au droit pénal pour viol.

D’autres formes de viols sont exercés par des hommes sur leur femme. Ce ne sont pas des viols physiques, ni de la violence physique, à l’exception des femmes battues bien entendu ! Non, je parle de ces hommes qui violent par des mots humiliants et irrespectueux ces femmes qui finissent par vivre dans la peur et la hantise de l’homme.

Alors, tandis que dans d’autres cultures, d’autres traditions, d’autres pays se dénoncent des viols de femmes, même si les faits ne sont pas comparables ! Il me semble que certains hommes utilisent encore une autre forme de viol.

J’ai juste l’impression que les viols d’antan existent encore, c’est juste la forme, non négligeable, qui a changée.

Si le viol physique est pénal, le viol psychologique exercé sur certaines femmes aujourd’hui pourrait être défini comme le viol des temps modernes.

Remarque : je ne parle ni de harcèlement, ni de situation obsessionnelle.

Read Full Post »

J’ai demandé à un ami qui était présent à la soirée des SD ce qu’il avait compris, ressenti et comment il nous voyait et nous percevait. 
« J’ai tout de suite senti la différence. Vous aviez un débit très rapide et ce qui m’a surpris, ce sont vos sujets de conversation pas du tout terre à terre. »

 

« Vous abordez directement des questions existentielles. Aucun de vous est dans la «frime» et j’ai bien senti que tout ce qui est matériel, vous vous en moquez complètement. » 

Des discours intelligents, anticonformistes et antisociaux, mais qui peuvent être dangereux pour la société».

Lorsque je lui pose la question : 

– Pourquoi dangereux ? 

Il s’en explique :

«Ils pourraient avoir une influence, parce qu’ils sont si captivants, fascinants, ils pourraient manipuler sans le faire exprès. Ils ont un pouvoir d’attraction, ont pourrait les suivre et avoir l’impression d’être manipulé».

– Qu’est-ce que tu comprends maintenant du surdoué ? 

«En voyant la soirée, je comprends qu’être surdoué n’est pas original, c’est banal, ça a toujours existé, comme être blond, grand, etc…Avant, je n’avais pas de repère».

– A présent cela va-t-il changer ton comportement avec moi ou les autres SD ? 

«Maintenant, j’ai des références, je vois cette différence, mais cela reste une différence».

Et il ajoute…

«…c’est très fatiguant de parler avec des SD…»

Finalement…Comprendre un surdoué c’est à la portée de tout le monde…Mais ça n’intéresse personne ! 

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :