Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘psychologique’

Si le harcèlement est judiciairement condamnable tout comme l’obsession, les preuves afin de se libérer de son agresseur sont difficilement contrôlables.

Mais il est important de faire la différence entre :

– viol psychologique,

consulter l’article sur le sujet : https://raymondehazan.wordpress.com/2011/02/16/viol-de-femmes/ 

– harcèlement,

Consulter l’article sur le sujet : https://raymondehazan.wordpress.com/2011/02/18/harcelement/ 

– psychose.

Une personne qui s’acharne sur une autre en voulant lui détruire sa vie dans le seul objectif de mettre fin à sa souffrance et qui utilise des moyens obsessionnels est une personne relevant de la psychiatrie. Elle choisit sa proie et ne va pas la lâcher, allant jusqu’à s’inventer une autre vie avec elle, affichant sa folie à la vue de tous.

Elle a perdu tout contrôle de la réalité et ses fantasmes psychologiques sont devenus sa réelle pensée.

La vie de sa proie devient un véritable cauchemar !

La justice semble se rapprocher de ces situations où les victimes devront apporter des preuves, difficilement démontrables, puisqu’elles partent de faits réels.

Le psychopathe s’invente des histoires et le quotidien de la personne choisit devient un enfer qui peut durer toute une vie ou jusqu’à l’accident, c’est à dire le passage à l’acte où il réussit à détruire celui qu’il voyait comme la représentation pathologique de sa souffrance et évidemment dans ce cas, il est trop tard pour agir.

Publicités

Read Full Post »

De tout temps la femme a convoité sa réelle liberté et sa demande d’être entendu dans ses droits et sa respectabilité. Mais est-elle vraiment entendu ?

Simone Weil, avec une force intérieure et un visage rempli de douceur réussit à imposer un droit pour la femme. D’autres femmes tout aussi brillantes iront dans ce sens.

En 2011, pouvons nous dire, qu’ici même en France, la femme est respectée ? Je ne crois pas, je parle de cas isolés bien sûr.

J’aimerais soulever cette question que si le viol est judiciairement condamnable, la loi dit : Si une femme dit non à un homme, même si celui-ci est son mari, et qu’il passe à l’acte, cette femme peut faire appel au droit pénal pour viol.

D’autres formes de viols sont exercés par des hommes sur leur femme. Ce ne sont pas des viols physiques, ni de la violence physique, à l’exception des femmes battues bien entendu ! Non, je parle de ces hommes qui violent par des mots humiliants et irrespectueux ces femmes qui finissent par vivre dans la peur et la hantise de l’homme.

Alors, tandis que dans d’autres cultures, d’autres traditions, d’autres pays se dénoncent des viols de femmes, même si les faits ne sont pas comparables ! Il me semble que certains hommes utilisent encore une autre forme de viol.

J’ai juste l’impression que les viols d’antan existent encore, c’est juste la forme, non négligeable, qui a changée.

Si le viol physique est pénal, le viol psychologique exercé sur certaines femmes aujourd’hui pourrait être défini comme le viol des temps modernes.

Remarque : je ne parle ni de harcèlement, ni de situation obsessionnelle.

Read Full Post »

Écrire son histoire c’est souvent vouloir se retrouver face à soi-même pour faire le point mais aussi pour ce que j’appelle « rembobiner le film ».

Ensuite, « le film est dans la boite ».

Le livre est terminé, on ferme le tiroir, tout en sachant que l’histoire n’est ni oubliée, ni effacée, juste localisée.

Le lecteur a toujours un regard innocent face à certaines histoires particulières.

Demander par exemple, comme je l’ai entendu lors d’un interview, à Natascha Kampusch :

 » Pourquoi n’êtes vous pas partie avant? »,  » Etiez-vous amoureuse de lui..? »

Son visage restait fermé. Je pense que ces questions n’ avaient franchement rien a voir avec son histoire. Au delà d’une certaine réalité, dans ce genre de drame se tisse une autre histoire que je nomme :

 » L’enfermement psychologique de la victime et de son geôlier « 

 Les questions posées n’ont plus grand chose à voir dans un drame vécu qui transporte la victime dans un autre monde. Une sorte de monde du silence où répondre aux questions sur les faits réels dont elle a été victime devient une trame psychologique basée sur une toute autre logique.

Cela ne mettrait-il pas en danger la victime une seconde fois, si celle-ci n’a pas fait un long travail sur elle-même et cheminement, de s’être détachée du drame psychologique et de son retour vers le monde réel ?

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :