Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘partage’

Noël est dans quelques jours et déjà chacun prépare la fête ou tente de s’en dérober ou pire encore on est prêt à se jeter sous une bonne couette juste pour oublier.
Alors que ce passe t-il à Noël ?
Un beau sapin pour les petits et un grand voyage en arrière pour les plus grands.
Noël fait parti des dates marquantes de l’année et chacun va revivre les émotions tel qu’elles ont été enregistrées dans la mémoire de notre enfance.
Aussi, si pour les uns Noël reste une véritable fête pour d’autres cela représente tristesse et abandon…
Alors Noël est une fête à faire renaître à sa façon. Pour ceux qui suivent la tradition et hélas pour eux qui n’auront pas connu cette joie du père Noël. Et là encore notre enfance nous enferme dans ses souvenirs.
Et j’ajouterai…
Noël n’est pas, à l ‘origine, une fête religieuse comme certains le pensent, Noël est la fête de la lumière où la tradition était de brûler une branche de sapin ce qui s’est transformée à mettre des bougies allumées sur un sapin puis des guirlandes de lumières et maintenant des leds !
C’est pourquoi Noël doit être fête de partage de lumière et de couleur aussi je vous souhaite à tous une excellente soirée et si un jour ce Noël a été , pour vous, source de tristesse… frappez à la porte de vos voisins, il y a bien quelqu’un qui vous recevra à sa table pour partager et vous faire oublier…
Toute notre équipe vous souhaite une belle soirée de bougies et de lumière et un bon Noël.

Publicités

Read Full Post »

Est-ce réellement un nouveau phénomène de faire de nos petites filles des poupées ?
Une maman transmet sa féminité à sa fille. Est-ce de la manière dont ELLE ne l’a pas reçu ? Ou est-ce que cette autre maman partage son côté femme avec sa fille ?
Dans le premier cas nous sommes dans un principe de transfert et dans l’autre un fonctionnement de symbiose :
– Le transfert c’est poser sur l’autre ce que l’on projette de soi.
– La symbiose c’est vivre au travers de l’autre.
La difficulté c’est que cet autre est une petite fille, une enfant, notre enfant.
L’enfant est alors utilisé comme objet de transfert ou de fusion.
Dans un cas comme dans l’autre nous sommes dans ce que je nomme une enfant exploitée, utilisée psychologiquement et bien sûr, sans intention de nuire.
Mais nous prenons le risque de laissé entrer la petite fille dans ce que j’appelle :
« Le syndrome de la poupée ».
C’est à dire l’enfermer dans un objet, mais pas n’importe lequel, puisqu’un jour l’enfant grandissant aura cette nécessité de casser la poupée pour rejoindre la femme qui est en elle et trop souvent, casse la poupée sans savoir que la femme se trouvait à l’intérieur. Ceci en est l’extrême danger, il ne faut pas l’oublier.
Le processus ne peut-être arrêté que par la loi du père, (ou encore la loi de nos pairs).
Aussi est-il urgent que les pères reprennent leur place en imposant les limites et qu’ils cessent de jouer les petits garçons au risque de se voir dépasser, par ce qui aujourd’hui, amuse tellement les grands.

Read Full Post »

Et bien nous y voilà ! Nos prédateurs aussi…

Le HPE, bien dans ses baskets a toujours envie de quelque chose. Nous les psy nommons cela être dans le désir. Et Le HPE exprime ses envies et désirs à tout va, si cela en agacent certains, hélas, d’autres les recherchent et les HPE deviennent des proies faciles.

Mais pour bien comprendre nous devons revenir vers le monde de la mère de Lacan dont la théorie est :

– le premier objet de désir de l’enfant est sa mère.

Le symbole de la mère : faire don de soi sans attendre de retour c’est à dire générosité.

Hors le HPE est paternaliste, symbole du père : haute protection, c’est à dire protéger l’autre.

Retenons donc cette différence entre la symbolique de la mère et celle du père, qui est d’une nuance capitale et revenons à nos HPE envahis de leurs envies et désirs.

Certaines personnes incapables d’accéder à leur désir ne vont pas hésiter à mettre leur emprise sur une personne qui, elle, exprime ses envies et désirs à tout bout de champ.

C ‘est ici que le HPE, généralement, est perçu comme une proie idéale.

Le HPE a l’impression de « partager » ses désirs alors que l’opportuniste a l’illusion « d’être » dans son désir… Mais il est dans le désir de l’autre.

L’histoire peut durer un moment, parfois plusieurs années. Mais un jour, notre opportuniste prend conscience que ce ne sont pas ses désirs. Il commence à confondre quitter l ‘objet du désir et quitter l’objet de son désir. Le premier étant le petit enfant encore accroc à sa maman et le deuxième celui qui aurait dû lui procurer du désir et qui bientôt va le laisser dans la frustration la rage et.. la haine. Il entre alors dans la confusion et ne peut ni couper, ni se séparer du HPE envahit de désir. Aussi va-t-il tenter de le détruire pour s’en séparer.

Le HPE reçoit la haine de l’autre et naturellement il ne comprend pas cet acharnement qui souvent dure un certain temps. Le HPE très paternaliste va essayer de s’expliquer et de vouloir comprendre. Ce qui crée l’effet contraire, l’autre s’acharne à la destruction afin de rompre, dans sa tête, ce lien à la mère.

Le HPE se retrouve… provisoirement, détruit tandis que son opportuniste s’éloigne sans pour autant s’éloigner de sa haine.

Si cela est un schéma classique dans un couple ou le petit garçon veut détruire sa femme parce qu’il a transféré l’image de sa mère , pour les HPE cela arrive souvent alors qu’ils ne sont pas forcément en couple. La différence comme je m’en expliquais au début c’est que le HPE est paternaliste et que pour ces motifs son opportuniste ne peut le détruire que très provisoirement… Je vous l’affirme !

En attendant, ils n’auront de cesse à vouloir notre peau… beaucoup plus ancrée aux désirs, que la leur…

Read Full Post »

Individualité ou solidarité ? Bientôt la question ne se posera même plus !

La terre gronde, la terre est bien vivante et les terriens ont peur d’en mourir. Mais n’avons nous pas fait souffrir notre terre ? Oh oui ! Je sais ! Pas vous , pas moi, ça c’est ce que l’on croit. Mais la vanité renferme bien des secrets dont l’être humain devrait apprendre à se passer. Non, je ne parle pas du 4ème portable offert à notre petit chérubin , non non, je ne parle pas des trois téléviseurs chez moi, ou chez vous ! Je parle de la Mercedes que j’aimerais m’offrir, non non, elle n’est pas diesel. Elle ne pollue pas. Ah ! Pour mes rosiers ? J’ai un super désherbant, oui un peu chimique, mais vous savez après je jette de l’eau et ça nettoie le sol, intelligent non ? Oui, il faut être écolo ! Non, je ne me moque pas, non je ne juge pas , je dis simplement qu’il est arrivé le temps de passer de l’individualisme à la solidarité, du pouvoir au savoir, du matériel à la pensée, de l’hypocrisie sociale à la bienveillance, de l’appropriation à l’échange et au partage.

Si nous ne pouvons pas changer le monde, nous pouvons changer notre monde et je sais… ça n’intéresse pas tout le monde !

Read Full Post »

« Les sous-doués passent le bac » réalisé par Claude Zidi, et bien en voilà un film de surdoué ! Sans doute que… n’avait-il pas à cette époque osé dire : Les surdoués passent le bac ?!

Franchement, les cancres qui passent leur temps à vouloir échapper au lycée, qui ne pensent qu’à s’amuser et réussir leur bac avec astuces inventives plutôt que de travail répétitif et rébarbatif, ça fait carrément surdoués !

Cette fraîcheur et ce côté candide, ce bébé de toute une classe… complicité, partage et amour. Cela pourrait ressembler à des surdoués imposés.

Nous les retrouvons 10 ans plus tard dans de fausses intégrations sociales puisqu’ils ont gardé leur personnalité !

« Les sous-doués passent le bac », une belle histoire de surdoués, tournée à la dérision à une époque où on ne faisait pas de psycho à chaque coin de bistrot !

Read Full Post »

Évidemment il est facile de comprendre que le ressenti d’abandon provient de deux phénomènes :

– d’un choc émotionnel d’abandon réel,

– d’un besoin d’être constamment dans le partage,

Aussi le surdoué est dans ce besoin de partage et d’échange constant avec l’autre.

Les personnes égoïstes souffrent rarement de ce syndrome puis qu’elles partagent tout avec elle-même !

Mais le surdoué est tellement ancré dans cette peur omniprésente de l’abandon, qu’il finit même par ne plus en être conscient.

Chacun de ses actes, de ses propos lui sont, en partie, dictés par cette peur.

Comment s’imposer, comment assumer une différence quand on se persécute soit même dans sa propre peur ?

Et pourtant on adore les surdoués, au point même de les emprisonner

( prochain sujet )

Alors pourquoi cette persécution abandonnique mise en place par nos soins ?

Lacan nommait nos parents « les grands Autres », venait ensuite « les petits autres ».

Et, bien sûr, si « les grands Autres » ne nous ont pas acceptés, pourquoi les autres le feraient-ils ?

Isolé dans la peur de perdre ceux que nos aimons et l’angoisse de ne vivre que pour soi, hors partage…la peur nous guette et pour s’en échapper nous allons emprunter tous les rôles que vous voulez ; mais surtout, de grâce, ne nous abandonnez pas!

Ceci était la dernière discussion au dîner entre surdoués.

Alors je dirais, encore et encore ( sèches tes larmes ) :

« Mieux vaut se sentir abandonné pour ce que nous sommes, plutôt que d’être aimé pour ce que nous ne sommes pas ! »

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :