Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘mémorisation’

Petits, à l’école ils sont tous deux enfants dits précoces ou enfants dits surdoués. Certains sont hyperactifs, d’autres sont isolés dans leur coin ! L’un comme l’autre sont dans un refoulement affectif émotionnel.

Le HPI par définition a un QI plus élevé que le HPE. Le HPI va devoir nourrir cette intelligence trop élevée, de ce fait il se trouve dans l’obligation, provisoire, d’étouffer son émotionnel.

Le HPE va tenter de cacher son ressenti, ses émotions, puisqu’il comprend que quelque chose est différent dans son cœur .

Tous deux vont grandir et c’est là qu’ils se séparent en deux groupes que je nomme HPI et HPE.

Le HPi, au QI très important, mémorise d’une autre façon que le HPE qui a une mémorisation plus visuelle. L’un va donc être un excellent élève et combler parents et professeurs tandis que notre HPE commence à s’ennuyer et s’appauvrir en classe.

Il est rêveur, s’il est incompris il devient nerveux et en colère.

Pendant ce temps le HPI se remplit de connaissance… son émotivité est belle et bien enfermée, bloquée, cimentée.

Ensuite tout va dépendre de leur environnement familial.

Les HPI sont souvent très bien acceptés, puisqu’ils sont de bons élèves, cela devient « flatteur  » pour la famille.

Par contre, les HPE qui rêvassent en cours ou dérangent les cours ou n’assistent plus au cours… Ça fait franchement désordre dans le décor !

Trop souvent ils agacent les parents, alors parfois, l’ado formule une « envie de mourir ». Pour peu qu’un médecin entre en panique, c’est la peur du suicide , passage à l’acte et certaines familles en accord avec le médecin préfèrent voir leur enfant au chaud, interné dans un HP c’est à dire en Hôpital psychiatrique…

C’est scandaleux ! ( nous en reparlerons plus longuement).

Le HPI pendant ce temps se dirige vers les hautes études intellectuelles, sciences po… (mais ce n’est pas parce que  l’on fait sciences po ou autres hautes études que l’on est en présence de HPI, nous en reparlerons aussi).

Les HPE acceptés par leur famille expriment leurs désirs artistiques et entrent dans les grandes écoles d’art, l’émotionnel est alors bien nourrît.

La créativité est en effet nourriture de l’émotionnel qui contrairement à ce que pense certaines personnes « ne se contrôle pas, ne se maitrise pas ».

Le HPI a fini ses brillantes études et peu à peu son émotionnel va commencer à se faire entendre…c’est là qu’il crie au secours …

Il trouve de l’aide et se remet en mode émotionnel et rejoint ses acolytes.

Ils sont maintenant bien dans leurs baskets. Les uns diplômés d’Harvard, les autres artistes !

Ils se retrouvent, ensemble dans l’échange de leur ressemblance …..

Là où tout avait commencer… à la maternelle.

Ceci n’est pas un but atteint , il est avec toute notre équipe, notre objectif.

Read Full Post »

Tout laisse à penser que le surdoué serait une personne plus douée que les autres.
En poussant légèrement cette pensée, pourquoi ne pas supposer que le surdoué serait plus intelligent  et si l’on allait plus loin, seuls les surdoués sont intelligents !
Ils accumulent des informations, retiennent des chiffres dans un nombre impressionnant, répondent à toutes les questions dans l’instant !
Ils ont tous appris en lisant des textes simplement une seule fois, tout leur réussit !
Parce qu’lis ont un tel pouvoir de mémorisation, ils peuvent prétendre et accéder aux plus hauts postes, et puis pourquoi ne pas penser qu’à l’école ils étaient premiers dans toutes les matières, le bac à 15 ans et l’université en 1 an !
Mais nous sommes en pleine utopie !
Nous avons laissé notre imagination et ignorance répondre à notre insu à cette identification du mot, sa racine et sa dénomination.
Quittons cette fantaisie et essayons de comprendre ce qu’est un surdoué ;
Qu’est-ce réellement un surdoué ?
De nombreuses études scientifiques  avec IRM démontrent que le fonctionnement du cerveau du surdoué est différent des autres cerveaux, mais laissons les scientifiques en parler, ils le font mieux que nous.
Le surdoué n’est évidemment pas ce que le mot surdoué laisserait à penser de prime abord.
Mais ce terme est installé et nous devons nous en  expliquer  plutôt que d’essayer de le changer, ce qui pourtant ferait bien moins peur aux parents,  aux enfants et même aux adultes surdoués.
Le surdoué est une personne qui fonctionne dans une logique différente. Ce qui paraît évident pour les uns,  ne l’est absolument pas pour un surdoué.
Tout d’abord, il est  extrêmement sensible. Je dirais même qu’il n’est que sensibilité !  Cela l’engage constamment vers des émotions exagérées au regard des autres.
Il perçoit toutes les sensations qui émanent des sens, c’est-à-dire le contraire du raisonnement.
L’émotionnel ne se contrôle pas, il est dirigé par ses sens instinctifs comme un animal.
Ceci fait déjà du surdoué un être fondamentalement différent des autres. Mi-homme, mi-animal !
De plus,  le surdoué a une pensée constamment dans la réflexion, son cerveau ne s’arrête jamais de réfléchir !
Et même sa façon de penser est  différente, puisqu’il passe d’une idée à l’autre,  puis revient sur le premier point  tout en enclenchant d’autres idées.
Ces deux principes de pensée, émotionnel incontrôlé et réflexion effervescente, font de lui un être idéaliste….. !
Le surdoué est un instinctif qui agit dans l’intérêt de  ses sens.
De ce fait, il est souvent perçu,  par le regard des autres,  comme une sorte d’enfant capricieux.
Et il est doté d’un 6°sens, comme un don de médiumnité, qui pourtant  lui fait si peur.
Mais de surcroît, sa sensibilité animale, sa réflexion en ébullition le pousse à pressentir tous les dangers. Constamment dans la projection, il présent ce danger sur d’éventuels évènements à venir,  ce qui, ici encore,  lui fait très peur.
Son instinct et sa sensibilité lui font ressentir ce que les autres ressentent.
Il est comme une éponge de l’autre.
Et pour ces motifs, le surdoué ne sait pas faire du mal aux autres.
Trop souvent, il privilégie le ressenti de l’autre à son propre détriment.
De ce fait, il apparaît comme un vrai gentil, ce qui lui occasionne beaucoup de moqueries.
Sa compréhension : le surdoué n’entend que les paroles du cœur, que l’on nomme l’affect.
Comme si tout discours raisonné, raisonnable, rationnel, lui serait inaccessible, et surtout le violenterait dans son émotivité, ce qui le laisse apparaître sous le regard des autres comme un être « bête ».
Et le surdoué finit par se mettre en marge d’une société  pour s’en protéger, puisque, tout ce qui lui est imposé et qui ne passe pas par l’affect le fait souffrir.
Mais si le surdoué est  victime de son émotionnel, il doit apprendre à l’utiliser et non s’en laisser envahir.
Utiliser ses sens, c’est  se diriger vers la créativité sous quelle forme que ce soit.
Lorsque qu’il canalise son affect, son cerveau en ébullition constante le mène souvent vers des travaux de recherche, puisqu’il décortique les problèmes et les solutions dans tous les sens, il apparaît, alors,  comme  un être extrêmement brillant dans ses choix !
Mais le surdoué est rempli de paradoxes, puisque constamment confronté entre son choix émotionnel et son désir,  il reste dans une sorte de trouble, d’où il a du mal à s’extraire.
Sa notion de faire plaisir à l’autre est perpétuelle.
Pour un surdoué, se faire plaisir c’est « ça me fait plaisir de te faire plaisir ».
Et pourtant, dans la souffrance  de sa différence, il peut apparaître comme égocentrique.
S’il ne se connaît pas, il cherchera en vain le pourquoi du comment de cette souffrance, ce qui agace les autres.
En réalité, il est simplement centré sur le « pourquoi je souffre ?».
Et enfin, le surdoué est lié, il a beaucoup de mal à être dans le détachement, c’est-à-dire coupé des liens affectifs dont il a besoin de se nourrir….Comme un enfant !
Le surdoué est donc un être extrêmement sensible, doté d’un 6° sens, et s’il apparaît au regard des autres comme infantile, il n’en est pas moins extrêmement brillant !
Hier, tandis que je déjeunais au resto, un jeune homme commande un café au bar. Le serveur lui demande : « Vous prenez du sucre ? » Le jeune homme répond oui, puis non, puis oui et finalement il s’assoit non loin de moi. Je me suis murmurée : « on dirait un surdoué » . Finalement nous avons eu une longue conversation. Il m’a dit : « Oui, je suis surdoué, mais comme je me suis couché très tard, je n’arrive pas à mettre les filtres sociaux ! »

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :