Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Freud’

Mais vous… le savez-vous ?
Lorsque dans une famille un enfant naît et que l’on informe les parents que celui-ci présente les signes d’une anomalie, c’est un choc pour les parents et je peux le comprendre puisque dorénavant ils devront s’inquiéter de son avenir et des soins à lui apporter.
Mais diable ! Etre surdoué n’est pas une anomalie !
Freud parlait de la famille comme notre premier groupe social.
Autant mieux comprendre qu’un enfant surdoué non accepté, aimé, respecté dans sa famille ne le sera pas plus par notre société.

C’est bien ici que tout commence pour un surdoué.
Aussi pour les personnes qui pensent que parfois mes propos sont démesurés, j’aimerais apporter cette énorme variante entre un surdoué aimé, respecté dans sa famille et celui qui est sans cesse rejeté, mis à l’écart, montré du doigt comme une bête sauvage et qui n’aura de cesse, hélas, à vouloir prouver que s’il est différent il n’en est pas moins aimant et que lui, vous accepte et vous respecte dans votre différence, ce qui n’est pas une réciprocité et que, de ce fait,  sa vie est un véritable combat incessant à vouloir conquérir et chérir une famille qui s’obstine à lui dire ou lui faire comprendre qu’il dérange.
La honte et la pudeur du surdoué  ne lui permet pas de dire à quel point la famille est son premier combat. Je pense même que certains surdoués ne sont pas conscients  qu’ ils ne peuvent couper ces liens  affectifs tant ils sont attachés aux valeurs familiales. Même si les surdoués ado « quittent » leur famille, le surdoué, revient tôt ou tard vers ces liens dont il ne sait se passer.
Mais pire encore, un surdoué rejeté peut aller jusqu’à se laisser glisser vers la maltraitance ce qui le fidélise à sa douleur primaire…
Un enfant surdoué accepté et respecté dans une famille et un enfant surdoué rejeté est un élément capital qui entraîne toute la différence entre deux surdoués. Les uns réussissent à prendre une place dans notre société les autres sont dans une sorte d’errance sociale.
Vient ensuite, évidement les points qui leur sont similaire.

 » Mon père m’a protégé tout au long de mon parcours atypique soutenant mes projets jugés extravagants sous le regard des autres. Ce n’est qu’à la mort de mon père que j’ai compris combien cette société est cruellement enragée face à n’importe quelle différence qui lui est opposée. »

Publicités

Read Full Post »

Pourquoi les rencontres entre surdoués sont-elles favorables ?
Lorsque je parle de surdoués je parle de HPI et HPE.
Freud parlait de la tribu comme « la grande famille » .
Lacan reprendra en parlant de « l’attribut » ce qui nous est attribué.
Le surdoué par définition est extrêmement attaché à sa famille. Si celle-ci le rejette il se retrouve en grande difficulté affective.
C’est alors que les surdoués entre eux vont former une sorte de tribu selon la définition de Freud qui va devenir pour eux une grande famille où les personnes rencontrées leur sont familières.
De plus, entre surdoués, les rencontres sont démunies : de jugement, de culpabilité, d’irrecevabilité, de moqueries, d’hypocrisie, de contraintes. Les surdoués peuvent être eux-mêmes, puisqu’ils sont entre semblables,  ils se sentent en grande confiance.
Cela leur permet d’être dans l’échange mais au-delà de tout, ils se ressourcent et retrouvent confiance en eux. De ce fait, ils peuvent apprendre à mieux se protéger de personnes malveillantes ou de personnes qui ne les comprennent pas, tout
simplement . La tribu, selon Freud devient la grande famille elle est  aussi un repère ou tout ce qui nous fut « attribué », selon Lacan, peut être échangé en toute simplicité sans aucun complexe ni mal-être !

Read Full Post »

Être surdoué est-il une maladie ? Non mais cela peut nous rendre malade !

Dans les années 80 aucun psy n’identifiait un surdoué. Dans ces années là on parle de dépression, de ces maladies honteuses dont on doit se cacher, on fait semblant, on s’accroche, on tente désespérément de faire comme tout le monde… et je plonge dans l’agoraphobie.

Durant plus de 20 années, je vais chercher, apprendre, écrire, fouiller, observer, analyser et je n’aurais de cesse de dire : «Mais c’est quoi ma maladie ?»
Devenue psychanalyste, je passe plus de temps à réfléchir et chercher plutôt que de passer des heures à consulter et enfin je mets au point ce que j’ai appelé « l’analyse intensive ».

Puis j’arrive à la conclusion que les patients que j’ai reçu, ceux avec qui j’ai aimé travailler étaient en fait des surdoués !

Lorsque je refais un point sur ce que j’avais attendu et demandé à mes psy, vers les années 90, et qu’ils m’avaient pertinemment refusés, je comprends alors que « l’analyse intensive » est l’analyse appropriée aux surdoués.

Si Freud dit : «un patient est unique» et Lacan évoque : «chaque patient est un cas différent», je constate que les surdoués ont la même demande, à savoir :

– On ne veut pas d’un psy qui nous écoute sans nous expliquer,

– On ne veut pas que la séance soit interrompue quand le psy l’impose,

– On veut pouvoir manger son croissant avec un café ou déjeuner avec son psy si on a faim,

– On veut que celui-ci soit super intelligent car on a peur qu’il ne puisse pas nous venir en aide,

– On ne veux pas payer une séance à laquelle on a pas pu assister,

– On ne veux pas que notre psy parte en vacances et nous plante,

– On éprouve le besoin de le tester pour être sûr qu’il nous écoute et être sûr qu’il s’intéresse à nous,

– On ne veut pas qu’il nous reçoive pour notre argent.

Mais plus encore…

– On veut qu’il soit notre ami parce qu’à la finalité « il doit être notre semblable ».

Nous sommes loin de la déontologie de la psychanalyse traditionnelle !

Aujourd’hui je dis HPI et HPE ont la même demande, ils sont tous deux ce que l’on nomme des surdoués, ils veulent des séances guidées et non un savoir imposé, ils sont en sécurité lorsqu’ils ressentent notre instinct et notre intuition, ils ne veulent pas d’un psy qui les ramènent sans cesse vers la normalité, ils ont besoin… que nous soyons leur semblable… !

 *Séance d’écoute guidée avec Raymonde Hazan, rendez-vous au 0622837222

Read Full Post »

Freud parlait d’inconscient collectif pour exprimer une pensée commune émergente au même moment, et qui était déclenchée  par un évènement social.
Nous parlons d’inconscient, qui à la suite d’un fait extraordinaire va déclencher les prémices d’un problème personnel profondément enfoui dans le psychisme, pour le transférer sur l’auteur de cet événement, sur lequel chacun va pouvoir y déposer son fantasme. Un fantasme étant quelque chose auquel on croit et qui n’existe pas. Un fantasme, pour nous les psy, est une sorte de croyance qui nous poursuit depuis longtemps et que nous avons enfoui au lieu, simplement de régler la problématique s’y rattachant.
L’affaire DSK est représentative de ce phénomène social et cette affaire, de mon point de vue purement analytique, n’appartient plus aux juges. Certaines personnes ont jeté une partie de leur névrose latente sur ce que l’on appelle aujourd’hui :  » L’affaire DSK »
On ne regarde plus un homme,  « on » a fait de DSK le symbole d’un inconscient collectif, qui, lorsqu’il en arrive à ce point ne se nomme plus inconscient collectif mais …..une véritable folie humaine !
C’est pourquoi, lundi on ne jugera pas un homme mais nous allons assister à la représentation d’une véritable folie collective inconsciente !

Read Full Post »

Lorsque Freud écrit Totem et Tabou il explique bien comment l’inceste fut aboli : chaque tribu avait un Totem qui la représentait et toute tribu « du même Totem » ne pouvait plus avoir de contact sexuel entre elles. Cela devenait Tabou. Le Totem sera remplacé par le nom de famille. Autrement dit, aujourd’hui, exercer un acte ou touché sexuel à l’intérieur d’une famille ou tout membre s’y rattachant est interdit et condamnable.

Nous connaissons l’inceste du père sur sa fille mais il y a aussi, les frères et sœurs, les meilleurs amis de la famille, le papy sur les petits enfants, les garçons comme les filles ne sont pas épargnés.Un père incestueux qui touche sa fille dira vouloir lui enseigner « l’acte amoureux ». C’est pour cela que les petites filles ne voient pas le mal ( ni le mâle ) arriver. Ce sont « des malades mentaux ». Ils doivent être arrêtés par la justice et être dirigés vers des soins appropriés. Mais les mères de ses enfants sont-elles innocentes? Si l’enfant vie difficilement la condamnation du père, il supporte rarement la condamnation de sa mère car, effectivement, dans ce cas il n’a plus de famille.

La chanteuse Barbara déclame avec une grande émotion sa chanson :

– Et soudain surgit un aigle noir…..

Son psy avoue, après la mort de Barbara, que l’aigle noir n’était autre que son père.

Le drame de l’inceste est vécu bien des années plus tard, lorsqu’il ou elle, face à sa vie, découvre combien leur vie amoureuse est violemment amputée.

Le sujet, bien que concentré ici, serait incomplet si nous ni ajoutions pas la transgression (dépassé les limites de l’interdit) des hommes en robes : avocats, médecins, professeurs etc.. Un médecin ou avocat qui se permet une relation avec une de ses patientes est dans un acte de transgression. plus précisément : abus de faiblesse, puisque dans son bureau il a le pouvoir de sa connaissance, il ne peut abuser d’aucun autre pouvoir.

Alors restons vigilant et attentif. Pour autant, nous ne devons pas devenir parano, avoir peur et se méfier de tout et de tout le monde.

Il est essentiel d’apprendre à son enfant que son corps lui appartient !

Et je voudrais dire aux mères qui prétendent ne rien avoir vu ou ressenti lorsque le père rendait visite à leur fille : souvent l’enfant tente de parler, d’en parler, c’est ici que le drame commence, les enfants ne sont pas entendus.

Éviter ces situations c’est être à l’écoute de son enfant

Mais il serait injuste de finir ce sujet sans parler des abus.

Abus de quelques enfants sordides, mais aussi de mères sans foi ni loi qui n’hésitent pas à accuser le père d’inceste sur son enfant juste pour en extirper la garde et les biens.

Le drame de l’inceste est extrêmement difficile à élucider, mais il y a des signes que les professionnels et spécialistes savent détecter, afin que les faits soient ou non confirmés .

Aussi, observez vos garçons et vos filles afin de les préserver en maintenant dialogue, confiance et complicité.

Un enfant n’est pas une fleur sauvage qui pousse et grandit seul dans un jardin à l’écart du monde…..

A consulter : Interview pour le magazine psychologie :

Read Full Post »

Comment expliquer ces phrases récurrentes ?

– « elle ne sait pas de quoi elle parle… »

– « elle n’a jamais rencontré un surdoué ….. »

– « y a que les surdoués qui parlent sa langue…. »

– « elle est à côté de la plaque…. »

– « elle n’est pas professionnelle….. »

– » imposture …simpliste… »

– « elle ne répond pas aux questions…. »

– « on ne peut pas se fier à l’intuition d’un psy pour détecter un surdoué… »

– « elle se fait du fric sur le dos des surdoués »….etc…etc…..etc….

Les critiques, les éclaircissements, les questions, sont une chose, ces discours en sont bien loin!

Alors comment expliquer ces phrases lancées sur le net, souvent sans auteurs identifiés, mais des pseudos. Comment expliquer un tel acharnement ou déchaînement, comment et pourquoi ?

Il y a bien la théorie de Lacan :

« Je convoitise ce que je crois que l’autre possède mais qu’il

ne possède pas »

Lacan fait référence à ce fameux phallus, symbole de puissance.

Le surdoué possède t-il cette puissance ?

Lacan parle aussi du monde de la mère, tandis que Freud parle de cette mère « sublimée « .

Les psy parlent de « mère inaccessible ».

Le surdoué symboliserait-il cet inaccessible ?

Le surdoué est décrit comme « protecteur et paternaliste ».

Freud et Lacan nous parlent du complexe d’Oedipe :

« Je tue mon père pour retourner dans le monde de la mère » .

Alors, le surdoué serait-il jalousé tout simplement par la névrose de quelques êtres en détresse qui perçoivent le surdoué comme le symbole du père à tuer ? (pour le démunir de son pouvoir).

Serait-il jalousé par le fantasme de croire que le surdoué possède une puissance imaginaire ?

Ou encore, certains, seraient-ils jaloux de celle qui par un discours simple devient le symbole de leur inaccessibilité à casser, afin de rompre « la sublimation « ?

Cette jalousie existe mais elle n’est justifiable que par des chemins détournés ….

Seule explication logique, pour moi :

« Le surdoué est la proie idéale pour y déposer vos névroses ».

 

 

 

Read Full Post »

MICHEL ONFRAY

Et bien pas très brillant Onfray chez Ruquier !Onfray, c’est quoi son problème ?

En voilà un homme cartésien, terre à terre, qui singe la psychanalyse en allant chercher des textes je ne sais où !
Primaire sans aucune émotion, démuni de toute logique car enfin Onfray c’est quoi votre problème ?

 

Quand on écrit deux livres sur la psychanalyse en dénigrant celle-ci, ce n’est plus être écrivain, c’est être acharné !

On vous a dit que vous aviez le désir de coucher avec votre mère, etc…

Les psy….une affaire juteuse…

Et bien voilà l’exemple même, quand un psychanalyste ne fait pas son travail, grâce à Michel Onfray, on peut au moins en évaluer les dégâts !

Son psy ?

Freud ?

Ou tous les psy ?!

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :