Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘force’

Publicités

Read Full Post »

Agoraphobe, je ne sortais pas seule de chez moi…

Ce soir là en compagnie de mon amie Marie-Jo nous sommes arrivées à cette soirée qui avait lieu dans un appartement en rez-de-jardin.

Lorsque devant moi, un homme brun ne me quitte pas des yeux. Je change de place mais il insiste. J’avance vers mon ami  :

«- Tu peux dire à ce Monsieur…»

«- Patrick, il s’appelle Patrick»

 » Tu peux demander a ton ami Patrick de se lever pour  m’invite à danser?  »

Daniel m’a soulevé et assise sur les genoux de Patrick. Il était beau et il riait aux éclats, je ne savais plus quoi dire.

Patrick Segal était en effet confortablement installé sur son fauteuil roulant et nous dansions un slow, enlacés.

Ensuite nous avons commencé une longue conversation dont la seule phrase que j’obtiendrais de lui :

«- Raymonde tu plaisantes ?»

Avec son beau sourire et pour quelques instants j’aurais voulu avoir, moi aussi, des roues dans ma tête.

«- On est pareil tu sais ?»

«- Tu plaisantes ?!»

Parce qu’il ne voit pas mes jambes qui ne roulent pas.

«- Sagittaire ascendant Lion»

«- Moi aussi !»

Mais comment dire à cet homme qui ne peux se déplacer seul, c est du moins ce que je croyais, que nous sommes dans la même difficulté, semblables.

Puis il a dit, je dois m’en aller et c’est là ou tout à chaviré.

Je lui demande qui le raccompagne ?

«- Tu plaisantes toujours comme cela ?»

Il rigole, je commence à avoir envie de pleurer. Après, je ne sais plus, il est sorti par le couloir des parties communes pour éviter les obstacles, semble-t’il.

Il roule… il court ! Je le suis, ne sachant plus que dire ou que faire.

«- Tu rentres comment chez toi ?»

Il ne cesse de penser que je plaisante.

Il est entré dans son Van, le fauteuil gisait à l’arrière comme des jambes dont il n’avait que faire alors que je venais de basculer dans le monde des handicapés.

«- Merci pour cette soirée, nous avons bien dansé»

Et comme s’il me plantait un couteau dans le cœur :

«- J’adore ta façon de plaisanter»

«-Mais je ne rigole pas !»

La peur de ne plus retrouver mon chemin m’étouffe  et me serre la gorge.

«- Tu pourrais me raccompagner ?» Avais-je osé m’aventurer.

Et pour une dernière fois il a dit :

«- J’aime tes plaisanteries, j’aime beaucoup»

Avec tellement de gentillesse et de sourires dans son regard que j’ai trouvé la force de rejoindre les autres.

Le lendemain, mon amie Claude m’a procuré ses livres.

« – Tu vois, lui, il marche !»

« – Il fait le tour du monde et moi je ne peux même pas sortir seule de chez moi»

Je suis en sanglots et Claude de dire :

«- Oui Ray, mais lui c’est pour la vie»

Le temps a passé, les années aussi et cinq six ans plus tard, je suis au festival de Cannes. Les photographes se ruent sur Christophe Lambert. Alors, je m’éloigne pour éviter cette foule humaine.

C’est la que j’aperçois Patrick Segal fidèle à son fauteuil. Il sourit tandis que je m’approche timidement et lui murmure :

«- Vous vous souvenez de moi ?»

«- Oui, Ray, je me souviens de toi»

A Patrick Segal pour tout son investissement pour les autres

A vous, les agoraphobes je vous offre cette histoire car comme dit Patrick:

«Nos jambes sont dans la tête»

Read Full Post »

Je voudrais revenir sur ce mot « hypersensibilité ». Je pense que nous ne l’avons pas suffisamment exploré, élaboré .

Il me semble que lorsque je parle d’hypersensibilité l’on ne comprend pas bien l’ampleur de celle-ci. C’est comme si je demandais à une personne : Vous êtes donc sensible ? Et qu’elle me répondait : oui ! J’adore les fleurs ! Mais nous sommes si loin de ce qu’une personne, dite HPE, extrêmement sensible peut vivre, recevoir , percevoir, éponger , absorber ! La sensibilité en question, dont nous parlons pour identifier un HPE, ou même une personne sensible, très sensible, me parait être au bout du monde en comparaison d’un odorat développé ou de l’amour pour son chien !

Cette hypersensibilité ressemble à une inondation, comme l’eau qui s’infiltre dans les maisons jusqu’à dans les fissures ! Comment arrêter cette infiltration qui passe dans nos étages, comme cette sensibilité qui vient habiter tous nos vaisseaux sensoriels ? Comment éponger, empêcher, barrer, dévier, dégager cette hypersensibilité qui s’infiltre et entre à flot, arrachant sur son passage la valve de notre cœur pour arriver jusqu’à notre cerveau avec une force incontrôlable qui envahit les ramifications de notre psyché pour nous faire plonger dans de profonds vertiges.

Cette sensibilité, comme une eau trouble, peut nous faire souffrir. Et pourtant, lorsque celle-ci elle est claire, elle nous apaise !

Le HPE est seul, car ici son intelligence ne peut lui venir en aide.

Read Full Post »

De tout temps la femme a convoité sa réelle liberté et sa demande d’être entendu dans ses droits et sa respectabilité. Mais est-elle vraiment entendu ?

Simone Weil, avec une force intérieure et un visage rempli de douceur réussit à imposer un droit pour la femme. D’autres femmes tout aussi brillantes iront dans ce sens.

En 2011, pouvons nous dire, qu’ici même en France, la femme est respectée ? Je ne crois pas, je parle de cas isolés bien sûr.

J’aimerais soulever cette question que si le viol est judiciairement condamnable, la loi dit : Si une femme dit non à un homme, même si celui-ci est son mari, et qu’il passe à l’acte, cette femme peut faire appel au droit pénal pour viol.

D’autres formes de viols sont exercés par des hommes sur leur femme. Ce ne sont pas des viols physiques, ni de la violence physique, à l’exception des femmes battues bien entendu ! Non, je parle de ces hommes qui violent par des mots humiliants et irrespectueux ces femmes qui finissent par vivre dans la peur et la hantise de l’homme.

Alors, tandis que dans d’autres cultures, d’autres traditions, d’autres pays se dénoncent des viols de femmes, même si les faits ne sont pas comparables ! Il me semble que certains hommes utilisent encore une autre forme de viol.

J’ai juste l’impression que les viols d’antan existent encore, c’est juste la forme, non négligeable, qui a changée.

Si le viol physique est pénal, le viol psychologique exercé sur certaines femmes aujourd’hui pourrait être défini comme le viol des temps modernes.

Remarque : je ne parle ni de harcèlement, ni de situation obsessionnelle.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :