Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘émotion’

Publicités

Read Full Post »

Noël est dans quelques jours et déjà chacun prépare la fête ou tente de s’en dérober ou pire encore on est prêt à se jeter sous une bonne couette juste pour oublier.
Alors que ce passe t-il à Noël ?
Un beau sapin pour les petits et un grand voyage en arrière pour les plus grands.
Noël fait parti des dates marquantes de l’année et chacun va revivre les émotions tel qu’elles ont été enregistrées dans la mémoire de notre enfance.
Aussi, si pour les uns Noël reste une véritable fête pour d’autres cela représente tristesse et abandon…
Alors Noël est une fête à faire renaître à sa façon. Pour ceux qui suivent la tradition et hélas pour eux qui n’auront pas connu cette joie du père Noël. Et là encore notre enfance nous enferme dans ses souvenirs.
Et j’ajouterai…
Noël n’est pas, à l ‘origine, une fête religieuse comme certains le pensent, Noël est la fête de la lumière où la tradition était de brûler une branche de sapin ce qui s’est transformée à mettre des bougies allumées sur un sapin puis des guirlandes de lumières et maintenant des leds !
C’est pourquoi Noël doit être fête de partage de lumière et de couleur aussi je vous souhaite à tous une excellente soirée et si un jour ce Noël a été , pour vous, source de tristesse… frappez à la porte de vos voisins, il y a bien quelqu’un qui vous recevra à sa table pour partager et vous faire oublier…
Toute notre équipe vous souhaite une belle soirée de bougies et de lumière et un bon Noël.

Read Full Post »

Magnifique moment entre le journaliste  Laurent Delahousse et Jamel Debbouze !
Le don de la parole et du mot juste, Laurent Delahousse  présente Jamel comme un homme ayant du sens, une personne de transmission dit-il, puis il ajoute :
– «On a essayé de vous enfermer dans une case»
– «Votre mère est quelqu’un d’important pour vous»
Jamel répond tout simplement :
– «J’ai eu envie de l’aider comme elle m’a aidé, j’ai eu envie de réussir pour elle»
Il parle de partage, de la difficulté à retrouver l’estime de soi lors lorsqu’on est…
Je pense qu’il voulait dire différent tandis que Laurent Delahousse dira :
 – «…de  l’autre cote de la ligne de la banlieue»
Jamel précise:
– «La honte»
Sans doute voulait-il parler de la honte d’être différent, quelque soit sa différence elle est trop souvent vécu avec honte.
Jamel reprend:
– «L’amour, c’est l’amour qui me permet de me surpasser»
Comme pour dire :
Par amour, la honte d’une quelconque différence peut être estompée.
Et puis, Jamel , sous l’émotion que dégage Laurent Delahousse dans ses propos, bien que d’allure pausée,  Jamel  se met a vouloir reprendre les rennes comme pour échapper à cette complicité qui pourtant se dégage très fortement.
– «Il est bon ! Il me fait dire des choses…Et moi j’ai une question à vous poser…»
 Le journaliste tente de reprendre sa place, en vain.
– «Vos cheveux, vous  faites comment pour avoir des beaux cheveux comme cela ?»
Delahousse est embarrassé mais leur  complicité apparaît évidente :
– «Les mots, ça va très vite avec vous», dit-il sourire aux lèvres.
L’interview arrive a sa fin et nous sur la notre Laurent Delahousse dira juste un mot et un mot juste:
– «Magnifique !»
Quand à moi, tandis que j’étais la psy des stars pour le magazine France Dimanche, le rédacteur en chef, Philippe, me demande  de faire l’analyse de la personne qui avait dessiné cet arbre. Ce que j’ai fais sans en connaître
l’auteur :
 
Jamel Debbouze bien-sûr !
Qui dira durant l’interview :
– « Si un jour je n’avais plus d’envies, ce serait terrible ! »
 Vidéo de cet interview :

Read Full Post »

Petits, à l’école ils sont tous deux enfants dits précoces ou enfants dits surdoués. Certains sont hyperactifs, d’autres sont isolés dans leur coin ! L’un comme l’autre sont dans un refoulement affectif émotionnel.

Le HPI par définition a un QI plus élevé que le HPE. Le HPI va devoir nourrir cette intelligence trop élevée, de ce fait il se trouve dans l’obligation, provisoire, d’étouffer son émotionnel.

Le HPE va tenter de cacher son ressenti, ses émotions, puisqu’il comprend que quelque chose est différent dans son cœur .

Tous deux vont grandir et c’est là qu’ils se séparent en deux groupes que je nomme HPI et HPE.

Le HPi, au QI très important, mémorise d’une autre façon que le HPE qui a une mémorisation plus visuelle. L’un va donc être un excellent élève et combler parents et professeurs tandis que notre HPE commence à s’ennuyer et s’appauvrir en classe.

Il est rêveur, s’il est incompris il devient nerveux et en colère.

Pendant ce temps le HPI se remplit de connaissance… son émotivité est belle et bien enfermée, bloquée, cimentée.

Ensuite tout va dépendre de leur environnement familial.

Les HPI sont souvent très bien acceptés, puisqu’ils sont de bons élèves, cela devient « flatteur  » pour la famille.

Par contre, les HPE qui rêvassent en cours ou dérangent les cours ou n’assistent plus au cours… Ça fait franchement désordre dans le décor !

Trop souvent ils agacent les parents, alors parfois, l’ado formule une « envie de mourir ». Pour peu qu’un médecin entre en panique, c’est la peur du suicide , passage à l’acte et certaines familles en accord avec le médecin préfèrent voir leur enfant au chaud, interné dans un HP c’est à dire en Hôpital psychiatrique…

C’est scandaleux ! ( nous en reparlerons plus longuement).

Le HPI pendant ce temps se dirige vers les hautes études intellectuelles, sciences po… (mais ce n’est pas parce que  l’on fait sciences po ou autres hautes études que l’on est en présence de HPI, nous en reparlerons aussi).

Les HPE acceptés par leur famille expriment leurs désirs artistiques et entrent dans les grandes écoles d’art, l’émotionnel est alors bien nourrît.

La créativité est en effet nourriture de l’émotionnel qui contrairement à ce que pense certaines personnes « ne se contrôle pas, ne se maitrise pas ».

Le HPI a fini ses brillantes études et peu à peu son émotionnel va commencer à se faire entendre…c’est là qu’il crie au secours …

Il trouve de l’aide et se remet en mode émotionnel et rejoint ses acolytes.

Ils sont maintenant bien dans leurs baskets. Les uns diplômés d’Harvard, les autres artistes !

Ils se retrouvent, ensemble dans l’échange de leur ressemblance …..

Là où tout avait commencer… à la maternelle.

Ceci n’est pas un but atteint , il est avec toute notre équipe, notre objectif.

Read Full Post »

La rencontre de deux hommes, l’un HPI le patient et l’autre HPE le psy.

Will, le HPI qui a enfoui son émotion dans une boite au plus profond de lui-même et qui n’arrive pas à gérer ni son intelligence ni son hypersensibilité. Et le psy, anéanti, qui a enterré son émotionnel depuis la mort de sa femme. Deux êtres en perdition qui ne parviennent plus à effleurer le moindre signe de bonheur.

Et pourtant, petits on les nommait tout deux « enfants précoces ».

Regardez cette fabuleuse rencontre entre deux HP (haut potentiel) qui sans le savoir ni le vouloir vont se lier dans le point le plus fort qui rassemble les HPI et HPE : une totale fusion d’émotions.

Ils avancent tous les deux, face à ce que l’être humain redoute le plus : son hypersensibilité. Elle est au plus fort de sa rencontre avec l’autre ; deux hommes qui se rapprochent pas à pas puisque l’un vient tendre la main à l’autre qui lui ouvre son cœur en prononçant ces mots puissants pour l’extraire de la culpabilité où ils étaient tous deux enfermés : « C’est pas ta faute…C’est pas ta faute….C’est pas ta faute… »

Cette culpabilité qui les retenait tous deux prisonniers de leur hypersensibilité .

Ils sont enfin sortis de ce que je nomme L’ISOLEMENT.

Read Full Post »

Il me semble que l’on fait du mot surdoué une généralité et que peut être, ensemble, nous devrions y apporter quelques éclaircissements même si nous sortons des sentiers battus.

Tout d’abord, en ce qui me concerne, et après maintes réflexions, je préfère le mot HPE* et HPI*.

Le mot «surdoué» définirait l’ensemble puisque les HPI* et les HPE* fonctionnent selon le même mécanisme : pensée en ébullition constante, dix idées en même temps etc.

Et pourtant si nous les nommons tous deux surdoués c’est bien qu’à un moment ils sont semblables puis ils se séparent en deux groupes distincts (j’en parlerais dans un article traitant du sujet HPI/HPE à l’école).

Il y a quelques temps j’avais dit : les HPI fonctionnent avec leur tête et les HPE avec leur cœur. En continuant nos recherches, nous nous rendons à l’évidence que ce n’est pas aussi simple. Les HPE, pour eux c’est clair, tout ou presque, passe par le cœur.

Pour les HPI il y a une grande complication car étant d’un QI très élevé ils doivent en plus gérer cette intelligence affamée. Ce qui ne leur laisse pas beaucoup de manœuvre pour exprimer leurs émotions, puisque trop impliqués à vouloir garder le contrôle sur leur QI en demande. Alors, il n’y a aucune autre possibilité pour eux que de compresser leur émotionnel et de l’enfermer dans un bunker afin de le mettre à l’abri car trop de gestion intellectuelle et émotionnelle pourrait-être explosive.

Le HPI ignore ce fonctionnement qui le met dans un grand isolement puisqu’il a réprimé l’émotionnel afin de nourrir son intellect dont l’environnement l’a largement incité à exploiter.

–  Extrait du film Will Huntig réalisé en 1998 par Gus Van Sant  :

Dans cet extrait nous voyons Will gérer merveilleusement bien son QI élevé mais l’on voit également cette émotion enfermée en lui.

Le HPI enferme son émotion tandis que le HPE est enfermé par son émotionnel.

*HPI : Haut potentiel intellectuel      *HPE : Haut potentiel émotionnel

Read Full Post »

Samedi dernier, chez Ruquier, Hubert-Félix Thiéfaine était là, celui que j’avais croisé un soir dans cet hôtel…

Je suis occupée avec un groupe, un homme passe et me regarde. Puis, le Maître d’hôtel vient me dire : «Monsieur Thiéfaine désire vous inviter à dîner ».

Je trouvais cela amusant que celui qui occupait ma chambre préférée, se sente un peu redevable et embarrassé ! Mais lorsqu’il passe et repasse, je lui demande pourquoi et comment il est ici et ce qu’il y fait ! Il me dit qu’il a loupé son train, qu’il sort d’une boite de prod’.

«Ah bon ? Et dans la vie vous faites quoi ? 

– Je mets des mots sur des disques d’or»

Tandis qu’il repart je fonce à la réception :

«- C’est qui ce mec ? L’hôtesse me tend un bout de papier.

– J’étais sûre que vous alliez me le demander. Il vous attend au restaurant et il dit qu’il ne mangera pas si vous ne restez pas dîner avec lui !», elle rigole… Il faut dire qu’il n’y a personne dans l’hôtel, hormis le personnel que je connais bien, Hubert… et moi.

Finalement intriguée, je suis descendue, accompagnée par le Maître d’hôtel voir cet Hubert qui m’attendait avec un vaste sourire.

«- Je vous ai commandé un dessert.

– Vous ne connaissez pas mes goûts ?»

Puis, il me demande de l’excuser car il s’absente quelques minutes.

«- Vous avez le droit d’aller pisser !

– J’adore votre façon d’être ! Tandis que toute la carte des desserts s’exposait sur la table…

– Nous pouvons dîner maintenant ?».

Ensuite nous avons passé un moment délicieux de douceur, d’échange. Il écrivait sur une feuille de papier, il rêvait, il se souvenait et moi je ne savais même pas avec qui je dînais de dessert en dessert.

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous offre cette histoire.

Lors de l‘émission, il disait qu’il essayait de contenir ses émotions et qu’il avait fait un séjour en HP !

Combien de HPE (Haut Potentiel Emotionnel) devront encore souffrir à en sourire pour se voiler la face de l’ignorance des hommes en blancs. Et pourtant, pour un soir… Moi non plus je n’ai rien vu !

A Hubert-Félix, avec toute mon amitié

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :