Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘amour’

Read Full Post »

1379451_playful_girlCes cœurs inaccessibles en mal d’aimer..
C’est quoi l’amour?
Dans les livres et les films c’est “Autant en emporte le vent”, avec les surdoués c’est “Au temps en importe le vent”.
Quels sont les ingrédients d’un amour à deux et peu importe si c’est l’un où l’autre qui les apportent : indépendance, complémentarité, intimité, complicité, mêmes objectifs en quelque sorte. Regarder dans la même direction ? Oui, quelque chose comme cela.
Mais le surdoué lui, alors pas du tout ! Du tout !
Il est paternaliste ce qui subtilement le met dans un besoin d’être admiré.
Il est attachant, ce qui le laisse en lien avec l’autre.
Il est créateur, ce qui nécessite de ne pas empiéter son espace créatif.
Il n’est pas autonome, ceci fait de lui un être lié aux autres.
Il n’aime pas s’expliquer, on doit le deviner.
Il n’aime que ce qui a du sens, son partenaire doit être en phase.
Il à ce besoin de se ressourcer, proche de la nature, soyez là mais n’interrompez pas sa pensée.
Il aime vous écouter mais comme il déteste la passivité il fera deux choses en même temps, ne soyez pas agacé.
Il est un être digne, pudique mental et il fuit toute forme de vanité.
Il aime la beauté, l’esthétique, il a le sens du détail, son conjoint devra respecter ce point sans montrer des signes d’exaspérations.
Il est autant rapide que laxiste et aime en être compris.
Il désire être aimé sans être emprisonné et aimé sans se sentir étouffé.
Il a besoin de l’autre pour se réfléchir mais il est en constante recherche de  lui-même… qu’il connait si peu….
Il développe une intelligence exceptionnelle dont il n’a pas toujours conscience….
Un besoin vital de jouer, s’amuser et rire comme un enfant, ce qu’on lui reproche souvent…
Il a peur de ce qu’il n’appréhende pas, ne contrôle pas, ne connait pas.
Il ne supporte ni le jugement ni les reproches…
Il défend les plus grandes causes humanitaires et cinq minutes plus tard, pour un petit mot de travers, il se met à pleurer comme un bébé…..
Certains sont médiums et connectés avec un monde parallèle, ce qui leur fait très peur… Peu en sont conscients…
Il aime le renouveau, déteste la routine et le quotidien.
Et au delà de tout…Il veut être aimé pour ce qu’il est ..
   
Le surdoué à envie d’aimer dans la sensualité, l’humour, l’insouciance, la créativité et …autant en emporte le temps !

Read Full Post »

Un miroir d’amour

 

1382668_sparrow
Afin que le soleil se reflète, j’ai posé des miroirs sur le mur face au chalet ou j’écris, je pense, je rêve….
Un beau matin de printemps j’ai été surprise par un bruit. Levant le nez de ma feuille d’écriture je découvre une belle mésange qui, à coups de bec, sur une branche, s’amuse de se voir si belle en ce miroir…
Je pensais que c’était là une bonne idée que les oiseaux viennent à leur gré s’y amuser.
Et bien pas du tout !
Je me suis souvenue que dans mes volières, le mâle appelle sa belle en tapotant du bec.
Ainsi, ce bel oiseau  vient-il mirer sa belle chaque matin en ce miroir… aux alouettes…!

Read Full Post »

Magnifique moment entre le journaliste  Laurent Delahousse et Jamel Debbouze !
Le don de la parole et du mot juste, Laurent Delahousse  présente Jamel comme un homme ayant du sens, une personne de transmission dit-il, puis il ajoute :
– «On a essayé de vous enfermer dans une case»
– «Votre mère est quelqu’un d’important pour vous»
Jamel répond tout simplement :
– «J’ai eu envie de l’aider comme elle m’a aidé, j’ai eu envie de réussir pour elle»
Il parle de partage, de la difficulté à retrouver l’estime de soi lors lorsqu’on est…
Je pense qu’il voulait dire différent tandis que Laurent Delahousse dira :
 – «…de  l’autre cote de la ligne de la banlieue»
Jamel précise:
– «La honte»
Sans doute voulait-il parler de la honte d’être différent, quelque soit sa différence elle est trop souvent vécu avec honte.
Jamel reprend:
– «L’amour, c’est l’amour qui me permet de me surpasser»
Comme pour dire :
Par amour, la honte d’une quelconque différence peut être estompée.
Et puis, Jamel , sous l’émotion que dégage Laurent Delahousse dans ses propos, bien que d’allure pausée,  Jamel  se met a vouloir reprendre les rennes comme pour échapper à cette complicité qui pourtant se dégage très fortement.
– «Il est bon ! Il me fait dire des choses…Et moi j’ai une question à vous poser…»
 Le journaliste tente de reprendre sa place, en vain.
– «Vos cheveux, vous  faites comment pour avoir des beaux cheveux comme cela ?»
Delahousse est embarrassé mais leur  complicité apparaît évidente :
– «Les mots, ça va très vite avec vous», dit-il sourire aux lèvres.
L’interview arrive a sa fin et nous sur la notre Laurent Delahousse dira juste un mot et un mot juste:
– «Magnifique !»
Quand à moi, tandis que j’étais la psy des stars pour le magazine France Dimanche, le rédacteur en chef, Philippe, me demande  de faire l’analyse de la personne qui avait dessiné cet arbre. Ce que j’ai fais sans en connaître
l’auteur :
 
Jamel Debbouze bien-sûr !
Qui dira durant l’interview :
– « Si un jour je n’avais plus d’envies, ce serait terrible ! »
 Vidéo de cet interview :

Read Full Post »

J’irais droit à la racine : nous ne devenons pas coupable mais nous le sommes de part la place que l’on nous a donné dès notre naissance et parfois même avant même notre conception !
De là, nous portons ce « virus culpabilité » qui peut se déclencher au cours de certains événements, ou bien rester en sommeil, ou encore être combattu.
Qui est contaminé ?
– Ceux qui dans leur enfance ont été des enfants créés pour qu’une femme puisse s’accomplir en tant que mère, sans plus,
– ceux qui ont étés créés pour garder un homme,
– ceux qui n’ont pas été désiré etc.
Tout cela sans intention de nuire, bien sûr.
Nous sommes coupables d’être là ou de ne pas être comme « ils » voudraient que nous soyons, ou nous n’avons pas procuré le désir tant espéré, et des tas d’autres situations ou « nous n’avons pas été… »
Se sentir coupable est une condamnation que l’on s’inflige à soi même, même si la situation le justifie.
Et puis, du : «Je me sens coupable, c’est ma faute, ma très grande faute», on s’enfonce dans une peine et un chagrin . On s’éloigne alors peu a peu de tout moyen de défense et on entre dans l’abnégation de soi au point de ne voir que ce voile qui rend flou une réalité devenue impossible. La culpabilité nous fait alors basculer dans la victimisation.
Lorsque Steve Jobs raconte qu’il est un enfant placé, car sa mère voulait, pour son fils, une famille qui lui permettrait de faire de grandes études, il exprime bien que cela n’était pas son souhait.
Et pourtant Steve Jobs aurait pu basculer dans la peine et le chagrin de par sa situation de naissance.
Alors ne nous a-t-il pas donné une belle leçon de vie lorsqu’il décide de ne pas faire ce qui était prévu mais de faire et d’assumer ses choix ?! Se propulsant en dehors de toute situation de victimisation qui aurait pu le rattraper ! Il fera de sa condition, très probablement douloureuse, un combat d’harmonie et de réflexion et il nous en livre le secret, lors de son discours de Stanford en 2005, après un parcours de vie assumé brillamment tant dans ses choix, ses amours et ses idéaux.
Citations de Steve Jobs :
«L’innovation, c’est une situation qu’on choisit parce qu’on a une passion brûlante pour quelque chose.»
«Ne soyez pas prisonnier des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d’autrui.»
«Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure.»
«Soyez insatiables. Soyez fous.»
 «Voulez-vous passer le reste de votre vie à vendre de l’eau sucrée, ou voulez-vous changer le monde ?»
«Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste est secondaire.»
«Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre.»
                     Steve Jobs  – Discours à Stanford en 2005
L’homme est riche de ce qu’il comprend, de ce qu’il partage et de ce qu’il laisse derrière lui. L’arbre de sa connaissance nous a quitté… il nous reste son fruit !

Read Full Post »

Je pense qu’il serait intéressant de bien comprendre ce que veut dire l’expression :
« Une femme cougar ».
Il y avait cette plaisanterie avant,
lorsque l’on disait :
« Un homme qui aime les femmes est un Don Juan », « Une femme qui aime les hommes… une nymphomane».
Aujourd’hui encore un homme mature qui sort avec « une petite jeune » est…???…
Une femme mature qui sort avec « un petit jeune » est une femme cougar !
Le cougar est une panthère qui sort la nuit pour chasser .
Une femme cougar est une femme qui sort la nuit…pourchassée.
Une femme qui, sans aucun doute, tente d’échapper au pouvoir de l’ homme et qui ressent un grand besoin d’amour. Préférant ainsi être avec un jeune qui ne prendrait pas le pouvoir sur elle, qui ne déciderait pas à sa place et ne la priverait pas de liberté .
Les femmes cougars ressembleraient bien à ces femmes échappées d’hommes pervers , narcissiques ou non, et qui pour ces motifs préfèrent se réfugier dans les bras d’un amour insouciant.
Une autre façon d’échapper aux bourreaux qu’elles ont malencontreusement croisé sur leur route.
Souhaitons leur bonne chance à condition bien sûr qu’elles ne restent pas prisonnière de leur liberté !

					

Read Full Post »

Difficile de répondre à Isabelle  les crèmes pour la peau sont géniales Isabelle !

Un homme bien c’est évidement celui qui nous convient, encore faut-il savoir ce qui nous convient et pour cela, encore faut-il savoir qui nous sommes.

S’il ressemble à mon père c’est un homme bien, si je pensais que mon père était un homme bien… non, c’est bien là le piège.

Un père est peut être un homme mais avant tout il est père, aucun homme ne saurait donner à une femme comme un père pourrait le faire.

Second piège, nous allons, sans le savoir, vers ce que nous connaissons. Hors, ce que nous connaissons ne nous convient pas nécessairement.

Alors, pourquoi est-ce qu’il y aurait une définition de «l’homme bien » ?

Les vraies questions sont : Pourquoi ai-je peur d’aimer ? Pour l’avoir trop été… ou pas assez ?! Pourquoi vouloir tout maîtriser ? Par peur d’être aimé ! Je vous entends d’ici, dire : « Mais non, c’est ridicule ! » Mais réfléchissez, quand on est seule et malheureuse on a rien à perdre ! Aimer, c’est la peur au ventre, c’est l’inquiétude, l’inconnu…

Alors, c’est quoi un homme bien ? Celui qui saura vous faire passer tout cela dans un havre de douceur et si vous ne comprenez pas tout, écoutez votre cœur, à l’opposé de la raison, il se trompe rarement.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :