Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Psycho’Personnalité’ Category

Read Full Post »

Read Full Post »

blog : https://raymondehazan.wordpress.com/
site : http://www.raymondehazan.com
contact : hpihpe@gmail.com

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

xavier-nielPourquoi parle-t-on de ces hommes hors normes dont certains nous interpellent par des comportements peu ordinaires ?
Si Bernard Tapie faisait la une des journaux, un autre personnage semble lui aussi déclencher  la colère de par ses agissements.
L’actualité braque ses caméras sur Xavier Niels. Cet homme qui ose! Bouscule ! Bouleverse et chamboule les codes sociaux !  Mais jusqu’où sera-t-il capable d’aller ?
Le Monde s’interroge. …
La société n’avait elle pas prétendu attribuer à Bernard Tapie sa soif du pouvoir ?
Mais ne serions nous pas en présence d’un autre phénomène où le défi devient plus important que le pouvoir à lui seul?
Défier son concurrent pour en obtenir les territoires !
Napoléon n’était il pas lui aussi dans ces défis de conquête territoriaux ?
Napoléon finissait sur une île et Bernard Tapie face à la justice…
Xavier Niels sera-t-il aussi naïf pour tomber dans les filets de son intempérance et que sa soif de la justice qui le conduit vers ses défis ne le plonge dans une apparence de pouvoir qui n’est en réalité qu’une quête de territoire ?!

Read Full Post »

Magnifique moment entre le journaliste  Laurent Delahousse et Jamel Debbouze !
Le don de la parole et du mot juste, Laurent Delahousse  présente Jamel comme un homme ayant du sens, une personne de transmission dit-il, puis il ajoute :
– «On a essayé de vous enfermer dans une case»
– «Votre mère est quelqu’un d’important pour vous»
Jamel répond tout simplement :
– «J’ai eu envie de l’aider comme elle m’a aidé, j’ai eu envie de réussir pour elle»
Il parle de partage, de la difficulté à retrouver l’estime de soi lors lorsqu’on est…
Je pense qu’il voulait dire différent tandis que Laurent Delahousse dira :
 – «…de  l’autre cote de la ligne de la banlieue»
Jamel précise:
– «La honte»
Sans doute voulait-il parler de la honte d’être différent, quelque soit sa différence elle est trop souvent vécu avec honte.
Jamel reprend:
– «L’amour, c’est l’amour qui me permet de me surpasser»
Comme pour dire :
Par amour, la honte d’une quelconque différence peut être estompée.
Et puis, Jamel , sous l’émotion que dégage Laurent Delahousse dans ses propos, bien que d’allure pausée,  Jamel  se met a vouloir reprendre les rennes comme pour échapper à cette complicité qui pourtant se dégage très fortement.
– «Il est bon ! Il me fait dire des choses…Et moi j’ai une question à vous poser…»
 Le journaliste tente de reprendre sa place, en vain.
– «Vos cheveux, vous  faites comment pour avoir des beaux cheveux comme cela ?»
Delahousse est embarrassé mais leur  complicité apparaît évidente :
– «Les mots, ça va très vite avec vous», dit-il sourire aux lèvres.
L’interview arrive a sa fin et nous sur la notre Laurent Delahousse dira juste un mot et un mot juste:
– «Magnifique !»
Quand à moi, tandis que j’étais la psy des stars pour le magazine France Dimanche, le rédacteur en chef, Philippe, me demande  de faire l’analyse de la personne qui avait dessiné cet arbre. Ce que j’ai fais sans en connaître
l’auteur :
 
Jamel Debbouze bien-sûr !
Qui dira durant l’interview :
– « Si un jour je n’avais plus d’envies, ce serait terrible ! »
 Vidéo de cet interview :

Read Full Post »

Je ne me souviens plus quand…

Je me souviens de lui, assis à la terrasse de la Closerie des Lilas. Je marchais, me dirigeais vers lui, comme si son chagrin ou désarroi me demandait de venir lui murmurer quelques mots qui ouvriraient son cœur.

Lorsque soudain :

«-Tu ne vas pas aller lui parler?

– Si, je vais lui parler et prendre un café à sa table.»

Mais violemment, mon amie jeta le doute :

«- Pour qui tu te prends ?»

Elle me démontre que je me trompe alors qu’elle ne sait même pas de quoi nous aurions parlé ! Moi non plus du reste.

Quelque temps plus tard il faisait un séjour en HP.

Mais ensuite je l’ai entendu en duo sur les ondes, alors je me suis dit : «il s’en est sorti !» Et puis l’émission « Prise direct » et ce soir j’entends Renaud dire :

«Depuis 4ans… comme il y a 10 ans… j’y arrive pas… bonheur et dépression… je ne sais pas».

Cette amertume qui vient de loin, comme une mer lointaine qui n’a pas entendue les vagues qui ondulaient sur son âme. « Il ne sait plus », comme un enfant perdu dans un monde où il faut être au ras de soi pour être au sommet des autres.

Bonheur et dépression, ou l’adulte dépressif n’arrive pas à dire au petit Renaud le bonheur intérieur d’être ce que l’on est et non pas ce que les autres attendent encore que nous soyons.

Comme il y a dix ans, cet enfant, depuis 4ans, ne sait plus, n’y arrive plus.

Encore un HPE (haut potentiel émotionnel) en déroute qui, comme le Petit Poucet a perdu ses cailloux et se souvient pourtant qu’un jour il était grand.

Et moi, je me souviens de la Closerie des Lilas ; ce jour là, j’aurais dit au petit de 4ans, tu n’as plus 10 ans.

Read Full Post »

Ils en parleront mieux que nous….

Je voudrais juste me souvenir du couple Taylor-Burton que j’ai du citer en exemple des dizaines de fois. Ce couple unit dans la vie comme au cinéma.

Pouvons-nous avoir meilleurs comédiens que ces deux compères symboliquement imbriqués dans une vie où l’un ne pouvait exister sans l’autre ?! Parfaite représentation d’un état de totale dépendance de l’un et l’autre.

Couple de l’amour, deux personnalités fortes et puissantes qui ne cesseront de s’aimer de cet amour destructeur qui unit les grands de ce monde où parfois l’espace est trop petit à deux.

Alors, ou l’on s’imbrique en un seul et même personnage pour engendrer une totale fusion ou bien l’espace symbiotique est trop étriqué pour deux monstres sacrés et cela devient un enfer. Bouffer l’autre d’amour ! S’engouffrer en lui pour en jouir ! Mais le détruire plutôt que de le voir avec une autre ou un autre près de lui ou à côté d’elle. Les mêmes rituels que Roméo et Juliette qui eux se laissaient glisser en douceur vers l’amour, près à s’enliser et ne plus rien maîtriser, au contraire de Taylor et Burton qui jusqu’au bout voulaient tellement se prouver qu’ils pouvaient se détacher pour ne plus s’aimer, comme pour s’accorder une dernière preuve de cet amour dont les liens les tenaient unis comme deux monstres sacrés trop imposants pour se contenter comme les autres… de s’aimer.

Finalement, une lueur d’espoir qui me laisse à croire que si un autre monde existe, Taylor a rejoint Burton.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :