Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Psycho’ film’ Category

« Les sous-doués passent le bac » réalisé par Claude Zidi, et bien en voilà un film de surdoué ! Sans doute que… n’avait-il pas à cette époque osé dire : Les surdoués passent le bac ?!

Franchement, les cancres qui passent leur temps à vouloir échapper au lycée, qui ne pensent qu’à s’amuser et réussir leur bac avec astuces inventives plutôt que de travail répétitif et rébarbatif, ça fait carrément surdoués !

Cette fraîcheur et ce côté candide, ce bébé de toute une classe… complicité, partage et amour. Cela pourrait ressembler à des surdoués imposés.

Nous les retrouvons 10 ans plus tard dans de fausses intégrations sociales puisqu’ils ont gardé leur personnalité !

« Les sous-doués passent le bac », une belle histoire de surdoués, tournée à la dérision à une époque où on ne faisait pas de psycho à chaque coin de bistrot !

Publicités

Read Full Post »

La psychanalyse a pour objectif de faire prendre conscience au patient de ce qui est enfoui au plus profond de sa psyché.

Mais lorsqu’un choc émotionnel grave se produit dans la petite enfance, l’enfant dans une douleur insurmontable va occulter l’histoire afin d’en extraire la douleur qui l’accompagne.

Ceci est un phénomène courant mais qui entraine la mise en œuvre de symptômes violents, seul moyen pour notre inconscient de communiquer le message de l’histoire occultée. Les symptômes sont aussi violents que le choc subit.

« Pas de printemps pour Marnie » (film réalisé par Alfred Hitchcock), est, pour moi, la force du Maitre, qui, en douceur, dans un déroulement énigmatique, nous montre le cheminement des symptômes jusqu’à la source d’une histoire cruellement vécue.

Hitchcock reconstitue cette scène poignante où l’adulte recroquevillé en petite fille, accrochée aux barreaux de l’escalier de son enfance, comme aux barreaux de la prison de sa mémoire, va revivre l’effroyable histoire de cette nuit sanglante. Marnie réincarne même sa voix de petite fille.

Une vision effacée dont la mémoire a su garder les traces rouges du sang versé, seul indice de l’histoire occultée.

Peu à peu l’adulte retrouve sa vie de femme, quittant définitivement sa prime enfance et son cruel déroulement ; l’histoire est sortie de l’obscurité.

Les symptômes n’ont plus de raison d’être.

« Pas de printemps pour Marnie » est un chef d’œuvre qui nous montre que les symptômes graves sont souvent l’indice d’une histoire occultée.

Trailer (en anglais) du film « Pas de printemps pour Marnie », réalisé par Alfred Hitchcock

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :