Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Les enfants’ Category

https://www.youtube.com/user/lessurdoues/playlists

Publicités

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

Freud parlait de notre homosexualité ainsi :
« Deux  personnes de même sexe sont en « homosexualité «  »
Autrement dit, nos affinités avec une personne du même sexe nous positionnent en homosexuel.
Et si nous reprenons la théorie de Jung, nous avons un côté dit Anima et un côté dit Animus,  plus simplement : Féminin,  Masculin.
Si nous rassemblons ces parties, tant chez un homme que chez une femme, alors nous pouvons aussi dire que nous sommes tantôt dans notre partie dite féminin, tantôt dans notre partie dite masculin.
Notre partie féminin, gère la créativité et notre partie masculin ce qui est rationnel.
Maintenant voyons comment se compose un couple : d’un homme et d’une femme.
Dans le mariage homosexuel nous ne parlons pas du couple !
Ce qui semble poser problème, si j’écoute  Madame Boutin, se sont les parents.
Alors je dirais ceci :
Dans une famille il a un père et une mère. Bien sur tout le monde le sait.
Le père doit être à sa place de père .
La mère dans son rôle de mère.
Le père pose les interdits et les limites. Sa place est de protéger la mère et l’enfant et de les nourrir. Le symbole du père est « matériel « .
La mère est dans la tendresse et affectionne son enfant elle est dans le don de soi,  c’est à dire donner sans attendre de retour. Le symbole est « maternel ».
Mais…..tout ceci, s’il en était ainsi serait un idéal du schéma familial !
Très souvent, nous voyons des parents dans ce que j’appelle : l’inversement de rôles .
Cela s’organise ainsi : la mère pose les interdits et les limites et le père poupoune ses petits.
Cela n’est en rien un désastre, me semble t-il et ne choque personne !
Et bien si nous reprenons les symboles, la place, les rôles, tout en sachant que nous avons une partie Anima, Animus et que selon notre sensibilité nous sommes plus dans une place d’autorité paternel ou dans un rôle maternel et bien oui, un couple d’homosexuels devenant parent peut parfaitement élever, adopter un enfant puisque nous l’auront compris, la place du père et  le rôle de la mère se mettent en place…tout naturellement.
Un couple d’homosexuel est composé de deux hommes, ou deux femmes, ce qui est une identité, alors qu’une mère, un père est un rôle et une place, ceci en fait une différence fondamentale.
Mais je voudrais parler d’autre chose concernant ces couples hors mariage.
Ils sont en insécurité !  Au même titre que les couples hétérosexuels non mariés.
Ce qui signifie : en cas de perte de l’un d’eux, le non héritage, la non reconnaissance parfois de toute une belle famille, le rejet aussi et pour certains, non seulement la perte de l’être cher mais la perte de ce qu’ils avaient ensemble construit, souvent, durant toute une vie.
Alors est-ce qu’un couple parental homosexuel peut élever un enfant ?
En tant que psychanalyste,  je dis oui à haute voix et j’en démontre la logique. Mais plus encore, par humanité du respect des droits de l’homme, je pense que tout être à le droit d’accès à ses droits.
L’amour fera le reste…qu’il soit homo ou héréro !

Cf. Émission de Paul Amar sur la 5, après le discours de Madame BOUTIN Christine.

Read Full Post »

Est-ce réellement un nouveau phénomène de faire de nos petites filles des poupées ?
Une maman transmet sa féminité à sa fille. Est-ce de la manière dont ELLE ne l’a pas reçu ? Ou est-ce que cette autre maman partage son côté femme avec sa fille ?
Dans le premier cas nous sommes dans un principe de transfert et dans l’autre un fonctionnement de symbiose :
– Le transfert c’est poser sur l’autre ce que l’on projette de soi.
– La symbiose c’est vivre au travers de l’autre.
La difficulté c’est que cet autre est une petite fille, une enfant, notre enfant.
L’enfant est alors utilisé comme objet de transfert ou de fusion.
Dans un cas comme dans l’autre nous sommes dans ce que je nomme une enfant exploitée, utilisée psychologiquement et bien sûr, sans intention de nuire.
Mais nous prenons le risque de laissé entrer la petite fille dans ce que j’appelle :
« Le syndrome de la poupée ».
C’est à dire l’enfermer dans un objet, mais pas n’importe lequel, puisqu’un jour l’enfant grandissant aura cette nécessité de casser la poupée pour rejoindre la femme qui est en elle et trop souvent, casse la poupée sans savoir que la femme se trouvait à l’intérieur. Ceci en est l’extrême danger, il ne faut pas l’oublier.
Le processus ne peut-être arrêté que par la loi du père, (ou encore la loi de nos pairs).
Aussi est-il urgent que les pères reprennent leur place en imposant les limites et qu’ils cessent de jouer les petits garçons au risque de se voir dépasser, par ce qui aujourd’hui, amuse tellement les grands.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :